Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus

Logo de SOUTERWEB

Le blog du Niphargus déchaîné

CARNAGE OU COULE ?

Cet été nous avons eu droit comme tous les ans à notre lot habituel de catastrophes. La petite lucarne s’est mis sous la dent suivant les jours : des bouchons terribles avec automobilistes au bord de l’apoplexie, des incendies ravageurs avec Corses incendiaires, un tremblement de terre inhumain avec apitoiement assuré mais bien vite oublié et bien entendu le sempiternel accident de spéléo – à moins que ce n’ait été de canyoning.

Tiens, c’était justement du canyon cette année. Oh rien de bien terrible, juste une blague Suisse comme on les aime du côté du pays des vaches bleues chocolat. Simplement un petit carnage comme on n’en avait encore jamais réalisé, un chef d’œuvre, une première quoi… Et pour une fois la palme du commentaire le plus con ne revient pas à TF1 mais à France Info où j’ai entendu pendant toute une journée le titre laconique :  Le canyoning en question… 

Ben voyons, je t’en pose moi des questions ? Est-ce que je te demande si c’est la faute à pas de chance, si une troupe gigantesque de touristes accompagnée par des – par des quoi au fait ? – ah oui : par des  guides professionnels et chevronnés  (sic) s’est trouvée prise dans un énorme orage et coulée comme l’invincible armada. Et bien non, à France info on a tout compris c’est la faute au canyoning ou peut-être bien à la météo comme diraient les viticulteurs des PO !

Des professionnels : voilà un mot qu’il est beau ! C’est quoi un professionnel (à part un tueur à gage, quoi que dans le cas présent il y avait un peu de ça…) ? Et bien c’est un gars qui pratique une activité quelconque pour gagner des sous et les dépenser ensuite ; c’est un type qui a un métier pour vivre. Bref c’est un crétin, car tout le monde sait bien que depuis 20 ans il vaut mieux gagner de l’argent en le plaçant en bourse ou dans l’immobilier que de travailler pour le gagner. D’accord pour s’enrichir sans rien foutre il faut déjà avoir des ronds plein les poches et ce n’est pas le cas de tout le monde. Alors du coup il y a des tas de mecs sans imagination qui se mettent à bosser rien que pour pouvoir bouffer. Et pour ça tous les moyens sont bons, comme on dit : il n’y a pas de sot métier.

Dans le cas présent les pauvres types risquaient donc de perdre une journée de travail : avec la quarantaine de gogos qui avaient réservé la sortie, le manque à gagner devait tourner autour d’une brique et demie. Ca fait pas lourd en stock options de chez Elf, mais pour un type qui fait la saison payé au SMIC (y a même pas de SMIC en Suisse je parie !) ça représente plusieurs mois de loyer ou de traites en retard. Alors face à la vie de quelques dizaines d’andouilles de touristes hein ? Qu’auriez-vous fait à leur place ?

Le jour ou France Info titrera :  Le professionnalisme et le fric en question !  on ne bouffera plus de vache folle ni de poulet à la dioxine, les centrales nucléaires dégageront des senteurs de rose, l’eau contiendra surtout de l’eau et les forêts d’Amazonie pousseront à leur aise. Je serai crevé depuis longtemps ! ! !

 

Rabachol

Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus