Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Utile    Boîte à outils   Humour spéléo  Lectures obscures   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel
  Journées du patrimoine     Encyclopédie française    Lexique multilingue

Logo de SOUTERWEB

Le blog du Niphargus déchaîné

CONTRAINTE, INÉGALITÉ, ÉGOÏSME

Voilà la nouvelle devise que l’on devrait mettre en exergue au fronton de notre République ! Chaque jour est l’illustration de cette nouvelle tendance qui fait passer la répression avant l’éducation, l’étroitesse d’esprit avant la réflexion, le favoritisme avant la solidarité et l’individualisme étriqué avant la collectivité.

On espérait au moins pouvoir rester à l’écart des dégâts occasionnés par toutes ces dérives dans notre petit monde spéléo où tous se plongent au cœur de la même passion karstique sans distinction de religion, de couleur, d’opinion politique ou de pouvoir d’achat. On se disait qu’au moins, pendant quelques heures, on pourrait tout oublier et se contenter de partager entre amis des émotions et du plaisir sans contrainte.

C’était oublier que la politique est le moteur de la vie d’une société, qu’on vote encore ou qu’on ne vote plus… C’était oublier qu’il n’y a pas de petits profits pour un gouvernement qui cherche de l’argent. C’était oublier que le législateur peut faire et défaire les lois, modeler la société selon ses objectifs, faire des choix aux conséquences non négligeables. C’était oublier que la spéléo peut être remodelée par lui au même titre que n’importe quelle activité citoyenne, qu’elle soit professionnelle ou de loisir.

En décidant de façon habilement détournée (on fait porter le chapeau aux collectivités locales sous couvert de décentralisation) de ne plus payer le secours aux citoyens en difficulté en cas d ‘accident survenant en pleine nature, les députés viennent de priver leurs électeurs d’une des protections les plus élémentaires. Le droit à être recherché, secouru, soigné et éventuellement rapatrié gratuitement vers un centre de soins, est désormais piétiné sans état d’âme. Ceux qui auront les moyens de payer devront rembourser les secours, ce qui revient à dire qu’ils paieront une forte prime d’assurance pour couvrir ce risque. Les autres devront se passer, soit des secours, soit de l’accès à la nature.

Miracle : le gouvernement et l’assemblée nationale viennent de trouver le moyen de facturer l’accès à tous les espaces naturels encore ouverts ! Il ne restera plus aux pauvres que la liberté de rester enfermés en ville pour y respirer l’ozone de leurs cités polluées. Pour les heureux possesseurs d’une belle police d’assurance grassement rémunérée, la campagne et la montagne seront toujours là : mieux encore, elle sera débarrassée de toute l’infortunée piétaille qui croyait encore que la liberté de marcher dans l’herbe ou de grimper sur des cailloux ne s’achète pas.

À qui profite le crime ? Évidemment aux compagnies d’assurance qui vont se jeter à corps perdu (mais à porte-monnaie ouvert) sur cette opportunité. Ce sera aussi l’occasion de ne pas augmenter les crédits des services de secours : que ne ferait-on pas pour économiser quelques milliards sur le dos du peuple…

Mais là n’est pas la vraie raison de cette manœuvre : il s’agit avant tout de se délester d’une des obligations qui étaient encore celles de la Nation envers ses citoyens et de satisfaire ainsi à l’idéologie du « moins d’État » qui prédomine actuellement à la tête de notre pays. Mais rassurez-vous, comme nous l’expliquent nos ministres ravis et leurs experts : « moins d’État » c’est la solution miracle qui va vous apporter plus de liberté individuelle…

En l’occurrence, la liberté de payer pour respirer l’air des Causses, je m’en serais bien passé. Pas vous ?

Rabachol


Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Utile    Boîte à outils   Humour spéléo  Lectures obscures   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel
  Journées du patrimoine     Encyclopédie française    Lexique multilingue