Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus

Logo de SOUTERWEB

Le blog du Niphargus déchaîné

«ENGAGEZ-VOUS, RENGAGEZ-VOUS ! » QU'ILS DISAIENT...

Tiens, pour finir l’année en beauté je vais vous en raconter une bien bonne. L’autre soir j’étais tranquillement allongé en train de bouquiner un truc superbe sur les traditions religieuses de l’Egypte ancienne, quand la radio qui ronronnait toute seule à côté du lit a attiré mon attention. On y parlait de spéléo…

Comme le fait est assez rare pour être souligné, j’ai tendu une oreille que n’aurait pas reniée un chiroptère, délaissant momentanément mes momies roulées dans le natron pour me plonger dans les commentaires succulents du journaliste. Et qu’entendis-je ?

Ne voilà pas que le gars se lance dans une explication ténébreuse et calomnieuse de l’accident de 7 malheureux spéléos du Lot digne des meilleurs romans noirs ou à la hauteur des rapports parlementaires sur la Corse. Il nous lance en vrac, que l’expédition dirigée par un guide de haute montagne professionnel a été commanditée par une équipe conjointe de l’armée de terre et de la gendarmerie, sur un terrain militaire interdit d'accès. Le but inavoué était d’aguerrir les hommes dans une opération de survie qui avait l’aval de la Direction Générale de l’Armement. Hélas la hiérarchie avait oublié de consulter Météo France et n’avait aucune expérience en spéléologie : du coup des centaines de civils bénévoles ou réquisitionnés mettaient leur vie en danger pour essayer de les sauver. Par conséquent, les spéléos français et le contribuable paieraient les pots cassés en lieu et place de la Grande Muette.

Mon sang ne fit qu’un tour : comment osait-on ainsi dénigrer les instances les plus nobles de notre démocratie ! Comment croire que nos militaires, des héros de la KAFOR et de la FORPRONU, se seraient laissé aller à de tels errements alors qu’ils disposent de toute la panoplie la plus moderne pour l’entraînement des soldats professionnels : chars Leclerc, Mirage 2000, parcours du combattant et grenades à plâtre… J’en vins à hurler de dépit, ce qui eut pour conséquence immédiate de me faire basculer le lourd volume plein de hiéroglyphes sur la tronche et de me réveiller en sursaut. Put… ce n’était qu’un mauvais rêve !

C’est une sueur froide au front que je me rendis compte qu’épuisé, j’avais inconsciemment enregistré des bribes d’info sur le sujet et que mon esprit déjà envahi par les miasmes de Morphée avait brodé sans retenue. Ouf, il ne s’agissait en fait que de 7 spéléos (dont 6 travaillent pour l’armée) coincés par une crue soudaine (et prévisible) dans une cavité (du sous-sol d’un terrain militaire réservé) et secourus par le SSF (et l’armée) ainsi que la gendarmerie (qui était leur employeur)…

Mais voilà que l’engourdissement me reprend à nouveau : je doute encore de l’irréalité de mon cauchemar. Et si ?

Rabachol

Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus