Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Utile    Boîte à outils   Humour spéléo  Lectures obscures   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel
  Journées du patrimoine     Encyclopédie française    Lexique multilingue

Logo de SOUTERWEB

Le blog du Niphargus déchaîné

Ô SECOURS, Ô DÉSESPOIR ! ! !

Les hommes sont des animaux étranges : les seuls capables de rire par dérision, les seuls capables de créer et de reproduire des outils ou des œuvres d’art, les seuls ayant conscience de leur fin prochaine et les seuls également à pouvoir se détruire avec acharnement et souvent même hélas beaucoup de plaisir. L’ambiguïté de notre esprit nous pousse à ignorer la mort pour ne pas avoir peur de l’anéantissement total ou à la voir comme une ouverture mystique selon que l’on est athée ou croyant ; mais, tous autant que nous sommes, n’hésitons pas à prendre certains risques pour saisir à pleine main cette vie qui nous échappe.

Quelles sont donc les catégories d’Homo Francis les plus intrépides, irresponsables ou inconscients ? Sans aucun doute possible il s’agit du sous embranchement des Homo Francis travaillensis avec 900 000 blessés et 1100 morts par an (et oui on se tue encore à la tâche de nos jours !). Vient ensuite l’Homo Francis Domesticus avec 500 000 blessés et 5000 morts annuels dont le sous embranchement des Bricolodudimanchis sont les plus écervelés. Le trio de tête des dangers publics est complété par l’Homo automobilus bien connu pour sa propension à se suicider sur les routes avec 180 000 blessés seulement mais un record absolu de 8000 morts par an (le sous embranchement des Alcoolovolantus fait à lui seul 3600 morts). Viennent ensuite les Homo sportivus avec 150 morts annuels pour les Montagnardensis, 50 décès pour les Skiaupiedensis et 50 autres macchabées pour les Chassétraditionensis. Le coût global de ces 16 000 morts et quelque deux millions de blessés est d’au moins 16 milliards de Francs (nouveaux bien sûr, soit 1600 milliards de centimes) !

Évidemment depuis que nous sommes passés à l'Euro, on a l'impression que ça coûte 6,55957 fois moins : bernique !

Homo speleologicus

Mais alors que devient l’Homo spéléologicus là dedans ?

Pas grand chose mes bons amis, pas grand chose. Avec quelques dizaines d’accidents sans gravité au cours d’une année et une moyenne (difficile à établir tant les chiffres sont bas) de 1 ou 2 décès par an, l’Homo spéléologicus apparaît comme un type particulièrement calme, fade et timoré d’Homo Francis. Alors pourquoi parler depuis quelques semaines de l’Homo spéléologicus vitarelliensis comme du type monstrueux qui va faire basculer toute la politique du remboursement des frais de secours ? Pourtant il faut savoir que seul l’Homo spéléologicus est capable de se secourir lui-même : imaginez un peu ce que donnerait un secours organisé par des Homo automobilus alcoolovolantus ou chez les Homo chassétraditionnensis HA HA HA ! ! ! Hélas l’Homo spéléologicus est fortement desservi par certains de ses représentants qui prennent un malin plaisir à envenimer les situations en essayant de renflouer leur désastreuse gestion sur le dos d’un spéléo secours…

Du coup, bien qu’étant le plus calme et le moins dangereux de tous, c’est le très pondéré Homo spéléologicus qui est montré d’un doigt accusateur.

Les hommes sont des animaux étranges : les seuls qui ont régulièrement besoin d’un bouc émissaire pour éviter de se voir tels qu’ils sont. L’Homo Sapiens est un vrai sauvage et le prochain qui me parle de l’irresponsabilité des spéléos, je me métamorphose en Homo néandertalensis et je lui fais bouffer ses dents !

Rabachol erectus

Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Utile    Boîte à outils   Humour spéléo  Lectures obscures   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel
  Journées du patrimoine     Encyclopédie française    Lexique multilingue