Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel   Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus

Logo de SOUTERWEB

Le blog du Niphargus déchaîné

SÉGRÉGATION PAR LA TAILLE

 

Un de nos prédécesseurs (spéléologue illustre dont je tairai le nom), avait dit un jour que pour faire un bon spéléologue il fallait impérativement être mince et de petite taille. Un autre, tout aussi illustre, préconisait de ne jamais se vautrer et de progresser toujours debout sur ses pieds car l'homme, bien que spéléologue, doit garder sa dignité.

Ces deux exemples montrent bien comme il est facile de se tromper ! Les réseaux sinueux et étroits de certains massifs où les méandres sont rois, ont démenti le second. Les progrès du matériel de désobstruction (perfos sur accus, groupes électrogènes, explosifs professionnels ou amateurs, technique des balles à l'italienne, ciment expansif, Boeings, usines d'engrais etc.) ont démenti le premier. Quoi que...

On peut encore trouver des nostalgiques d'une époque où seuls les filiformes rachitiques arrivaient au bout des cavités et se gavaient de première. Évidemment il est plus rapide et moins coûteux en temps et en matériel de désobstruer étroit : ça c'est une raison valable qu'on peut accepter même quand la nature vous a permis de dépasser 1 m 85 et 85 kg. Par contre il arrive que d'autres arguments soient avancés. Protection du site et limitation des visites sont les deux plus fréquents et, n'en déplaise à quelques copains, les plus foireux.

En effet, cela sous entend que l'on veut bien faire de la première mais qu'on ne souhaite la partager qu'avec certains. De plus, c'est vexant car cela suppose que les grands et les gros spéléologues sont plus sales et moins respectueux des cavernes que les autres. Si cela limite les visites de 25 %, la cavité sera immaculée 25 % plus longtemps dans le meilleur des cas (sauf si un salopard d'1 m 55 et de 50 kg s'y introduit dès les premiers jours). La caverne ayant vécu des millénaires dans l'ombre du secret, la protéger des dégradations quelques mois de plus est-ce vraiment rationnel ? Pourquoi ne pas reboucher toutes les cavités ouvertes récemment ou arrêter carrément la prospection ? Ce serait bien plus efficace.

Heureusement, pour ceux que la génétique et les agapes festives ont bâti comme des bûcherons canadiens, il restera toujours Monsieur HILTI et les Potasses d'Alsace.

Boum !

Rabachol

Sommaire     Adresses    Index    Mises à jour    Petites Annonces    Rechercher   /   Souterweb Pratique    Boîte à outils   Humour spéléo   BD spéléo   Vulgarisation scientifique   Débuter en spéléo  Matériel   Journées du patrimoine    Encyclopédie française    Lexique multilingue    Une autre lecture obscure   Blog du Niphargus